RAPPPORT DE MISSION 2021

La mission Sénégal 2021 s’est déroulée du 5 au 19 novembre. Elle a été couplée à un chantier collaboratif qui a mobilisé 23 participants.

PARTICIPANTS

Mission :

Alain Renwick, président – Patricia Pagniez, secrétaire – Joël Labarbe, trésorier – Bernadette Pleumeckers, Responsable Commission Vie Scolaire

Chantier collaboratif :   

Groupe 1 : 8 au 15 novembre : Didier Pleumeckers, Responsable Commission Travaux, Jean et Marie Jo Etcheverry, Bruno Egal et Corinne Carré, Patrick et Claudine Gernigon, Colette Arnaud, Sylvie Chaussadas, Odile Larcebal et Armelle parker

Groupe 2 : 12 au 19 novembre : Didier Pleumeckers, Responsable Commission Travaux, Patrick et Claudine Gernigon, Jo et Daniel Deillac,Françoise Rieuvernet, Christophe Couderc, Huguette Alègre, Patricia Delpeyrat, Nathalie Clément et Nathalie Rocca.

Les participants ont financé eux même leur voyage et leur hébergement.

Pas d’accident, des indispositions temporaires sans gravité. Un accueil organisé par Bernadette et Didier Pleumeckers, qui habitent sur place à cette période de l’année, dans la détente pour permettre aux groupes de faire connaissance avant d’entamer leur programme de travail. Une bonne préparation du planning et de l’organisation respectivement assurés par Bernadette pour la mission et Didier pour le chantier. Une bonne gestion des réservations par Patricia pour les chambres et la restauration. Quelques remarques à faire sur la maintenance des installations d’hébergement du Bentenier. Une satisfaction générale exprimée par le groupe, tant sur la vie de groupe chaleureuse que sur la découverte des problématiques des populations locales, du pays, des interlocuteurs partenaires et de la mission. Une enquête de satisfaction est en cours pour capitaliser l’expérience et nous améliorer.

MISSION

Grâce à un planning serré les rendez vous incontournables ont eu lieu au cours de la 1ère semaine, avec une place particulière pour nos principaux interlocuteurs, l’école Ste Emilie de Mbourokh près de Mbour et l’école St Joseph de Pout Diack près de Thiès.

Nous avons pu constater l’augmentation du nombre d’enfants dans chaque école et le maintien d’une excellente motivation du corps enseignant. Nous avons même été tellement impressionnés par la réussite de nos partenaires que les remarques que nous avions à faire nous ont semblées être bien insignifiantes. Nous en sommes partis très rassurés sur la bonne utilisation des fonds qui sont alloués.

ECOLE Ste EMILIE DE MBOUROKH

Nous avons rencontré successivement la direction des activités « Brousse » de la congrégation de l’Immaculée Conception à Mbour et la direction et les enseignants de l’école Ste Emilie de Villeneuve de Mbourokh.

Cette école a fait l’objet d’un programme d’investissements ininterrompu depuis 8 ans pour :

 

  • Améliorer la vie des enseignants pour les fidéliser et entretenir leur motivation : Accès à l’électricité, accès à une eau de qualité, construction de logements, construction d’un préau et d’une cuisine collective, travaux de maintenance
  • Disposer de tous les niveaux de classe du cycle élémentaire : Un premier bâtiment de 3 classes a été construit qui a permis la création d’une classe maternelle et un second est en cours de construction, actuellement hors d’eau hors d’air. Une classe de ce bâtiment a été terminée en octobre 2021 afin de dédoubler l’une des classes multigrades. La fin de la construction devrait être terminée en 2022, permettant ainsi d’offrir aux populations locales une école présentant tous les niveaux de la maternelle au CM2.

La transformation de l’école est spectaculaire : Les travaux entrepris grâce à l’implication de Didier et le travail très sérieux de notre entrepreneur (Sadikh, ancien élève de notre association partenaire Ganalé/ Ozanam) ont permis de clôturer l’école par un mur de 200 m de long sur 2m de hauteur réunissant les différents bâtiments, apportant une unité à l’école, une protection contre les intrusions et une sécurité pour les élèves. Le nouveau bâtiment a été fait dans le respect du plan de masse prévisionnel apportant une cohérence d’utilisation et un respect de l’intimité du bâtiment destiné au logement des enseignants.

Les arbres d’ombrages, plantés il y a 2 ans seulement, poussent à une vitesse impressionnante. Ils atteignent maintenant 4 à 5 m de haut et constituent un abri naturel indispensable dans la cour de récréation.

Le terrain appartenant aux sœurs a été délimité pour éviter tout risque de retrait d’autorisation d’occupation temporaire. Une zone a été clôturée pour créer un maraîchage d’application pour les élèves et les enseignants, qui devrait produire pour tout ou partie les légumes destinés à la préparation des repas de  la cantine. Un bassin de stockage de l’eau a été réalisé pendant le chantier collaboratif. Connecté au réseau d’adduction du Château d’eau vers l’école, il permettra aux enfants de puiser facilement l’eau d’irrigation.

 

 

Paul, qui a donné le terrain aux sœurs pour construire leur école, a construit sa maison en bordure du maraîchage. Il bénéficie de l’eau du château d’eau qui lui a été installée au cours du chantier grâce à Jean qui est professionnel de la plomberie. Il apportera son concours au démarrage du maraîchage et fera office de gardien. Sa sédentarisation est assurée par cette construction et par son prochain remariage. C’est une présence très rassurante pour cette école qui reste sans surveillance durant les périodes de vacances.

Des travaux sur les installations d’adduction d’eau et d’assainissement ont été réalisés (Merci à Jean, Daniel, Bruno, Patrick et Christophe car ce n’était pas la partie la plus agréable par une température avoisinant les 40°C) pour déboucher les canalisations obstruées et restructurer le réseau.

Le Groupe 1 a peint tout le nouveau bâtiment, couche de primaire et 2 couches de peinture sur les murs extérieurs et le mur intérieur de la 1ère classe afin qu’elle puisse être mise en fonctionnement. Les menuiseries ont été poncées, enduites de peinture antirouille et d’une couche de finition.

Nous avons profité de la présence de l’entrepreneur de construction pour réaliser divers aménagements peu coûteux et très pratiques pour la vie quotidienne de l’école (carrelage total de la coursive du nouveau bâtiment, construction d’un banc en U sous l’arbre principal etc.).

 

L’état de propreté de l’école laissait à désirer. Même si la présence permanente de stockages, gravats, emballages ne facilite pas l’entretien, nous en avons fait la remarque aux enseignants. La présence de papiers non ramassés dans la cour requiert une action énergique de la part des enseignants. Comme la présence de vendeurs de goûters à la porte de l’école qui amène les enfants à en sortir et à disperser les emballages jetables à ses abords. Une rigueur à acquérir par les enseignants qui sera facilitée par l’évolution des installations mises à disposition.

D’autant que le groupe 2 a réalisé des fresques décoratives pédagogiques sur tous les murs de l’école pour attirer l’attention des élèves de l’école sur les bons comportements à adopter. Un travail de bonne qualité artistique accompli avec l’aide d’Henry, un peintre en lettres et illustrations sénégalais, recommandé par les sœurs.

Une réunion avec les enseignants nous a permis de percevoir un comportement très revendicatif concernant les salaires qui leurs sont versés. L’intégration à leur salaire d’une prime versée antérieurement directement par notre association sans explication suffisante de la part des sœurs en est à l’origine. Sans vouloir interférer dans la politique salariale menée par la sœur directrice, nous avons manifesté notre surprise devant l’écart de salaire existant avec ceux pratiqués par nos autres partenaires.

L’étude du compte de résultat très complète remise par Aly, la responsable administrative, nous a confirmé l’équilibre des emplois et des ressources.

Nous sommes cependant devant un nouveau challenge pour parvenir à financer les frais de personnel à venir :

  • Embauche immédiate d’un nouvel enseignant pour la classe nouvellement créée
  • Embauche d’une assistante de l’enseignante de maternelles qui compte maintenant 47 élèves
  • Embauche d’enseignants pour les classes qui ouvriront en 2023
  • Augmentation des salaires pour que l’école obtienne la reconnaissance de l’état (elle est pour l’instant simplement déclarée)
  • Paiement des charges sociales (pour l’instant ce n’est pas le cas)

Certes les investissements vont diminuer à compter de 2023 mais les frais de fonctionnement devraient significativement augmenter…

L’effectif de l’école est de 192 élèves, en augmentation de 43% sur l’an dernier. Très beau succès du transport scolaire financé par notre mécène ALD Automotive, qui permet progressivement d’ouvrir l’école à des populations plus éloignées attirées par la renommée de l’établissement pour ses bons résultats.

 

Deux charrettes tirées par des chevaux sillonnent dorénavant les alentours de l’école et notamment le village de  Gagna pour amener 40 élèves chaque matin, en particulier à la maternelle.

 

 

La politique de l’établissement est d’augmenter progressivement les droits d’inscription, le prix de la cantine et du transport qui sont actuellement dérisoires, pour progresser vers un autofinancement des services et une meilleure implication des parents d’élèves.

Certes cette école est celle qui a le plus bénéficié de notre aide au plan des investissements depuis les dernières années. L’école était d’une extrême pauvreté en 2013, elle est maintenant très belle, clôturée, dotée d’un accès à une eau de bonne qualité, d’un maraîchage, de bâtiments permettant d’accueillir tous les niveaux du cycle élémentaire, de logements corrects pour les enseignants. Nous hésitions à investir dans cette école isolée dans une zone géographique à la croissance démographique incertaine. Les enseignants se sont battus pour convaincre les populations locales de scolariser tous leurs enfants, ils ont développé des solutions intelligentes pour attirer les parents d’élèves des villages environnants et c’est une parfaite réussite.

Une grande confiance est établie avec tous ces partenaires de qualité. La sœur directrice pleurait de joie en visitant l’école à la fin du chantier en constatant la qualité des installations mises à la disposition des populations pauvres de la zone rurale. Les parrains,  qui financent cette école, les donateurs, les mécènes et les participants au chantier peuvent être très fiers de leur engagement concret et financier ainsi que de leur fidélité.

Une belle fête a été organisée le vendredi 12 novembre à laquelle ont pu assister tous les participants à  la mission et au chantier, les enseignants, les parents d’élèves et la sœur directrice. Sketches, chants, danses ont réuni tous les participants avec leurs expressions culturelles propres à chaque continent.

Nous suggérons une dotation financière identique à l’année dernière ajustée en fonction du nouveau coût de la cantine, du transport scolaire, des augmentations de salaire et primes pratiquées fin 2020 et de l’embauche d’un nouvel enseignant, soit un montant de l’ordre de 14.500€.

Ce montant étant supérieur  à l’allocation prévue par le Conseil d’Administration, il sera débattu lors de notre prochaine réunion du 19 décembre pour virement immédiat.

 

ECOLE ST JOSEPH DE POUT DIACK  

Nous avons été accueillis par des chants et de remerciements.

L’école est parfaitement bien tenue. Les classes sont remplies, parfois avec un effectif supérieur à 50 élèves. L’établissement a tenu les engagements que nous avions exprimés il y a 8 ans : remplir l’école pour utiliser à son maximum de capacité les installations que nous avons tous financées.

L’effectif est de 363 élèves soit une augmentation de 12% par rapport à l’an dernier.

Nous avons photographié tous les filleuls et nous avons pu nous faire accompagner par tous les parrains qui avaient un filleul dans l’établissement.

Manifestement l’école s’est développée grâce à la mobilisation des enseignants pour scolariser les enfants vivant dans le périmètre de l’école et par le ramassage scolaire qui s’effectue maintenant avec l’ancien bus de 30 places et un bus de 60 places. Cette ouverture vers d’autres bourgades des environs a été un vrai succès : l’excellente réputation de l’école a permis de scolariser de nombreux enfants supplémentaires auxquels se sont ajoutés des élèves émanant de familles plus aisées, probablement au détriment de l’école publique. Ces nouveaux élèves paient l’intégralité de leurs frais de scolarisation et permettent à l’école d’arriver à contrebalancer le tarif bonifié et les défauts de paiement des familles des enfants les plus pauvres. C’est un équilibre que nous devrons dans l’avenir surveiller. Nous ne finançons pas une école pour en faire une école d’excellence mais pour accueillir en priorité les familles les plus défavorisées.

Nous avons organisé une réunion avec les enseignants pour les féliciter, mais aussi pour passer un message appuyé sur la nécessité de nous faire parvenir en fin d’année scolaire le bulletin de notes de chaque élève parrainé ou a minima, un commentaire indiquant comment l’année scolaire s’est déroulée et si l’élève passe en classe supérieure.

Une allocation financière de 16.500 € sera virée en décembre, incluant la participation d’ALD, mécène participant au financement du transport scolaire.

ECOLE DE SANGHÉ

Sœur Hortensia nous a accueillis à l’école maternelle que nous soutenons depuis plusieurs années. Notre arrivée a été saluée par une démonstration de danse des enfants, accompagnés au djembé par leur enseignante. Nous avons également participé au cours d’éducation physique de la Grande Section. Les cours ont lieu en français et sont déjà l’occasion d’apprendre les chiffres et les lettres de l’alphabet.

 

L’école est très bien tenue. Là aussi le nombre d’élèves est en augmentation : 90 élèves (+13%)

Sœur Hortensia nous a fait visiter son école primaire récemment construite. Elle est financée par une association espagnole et n’a pas besoin de notre concours. La rencontre avec le directeur nous a permis d’établir des comparaisons sur le prix des inscriptions, mensualités, cantine et transport, Sanghé se trouvant également dans une zone rurale isolée.

Notre allocation financière sera de 1.000€, identique à l’année dernière.

 ECOLE DE L’IMMACULEE CONCEPTION ET COLLEGE St ESPRIT A M’BOUR

Nous accueillons une quinzaine d’élèves sur ces deux établissements. Il s’agit d’élèves qui proviennent de l’école de Mbourokh et qui y poursuivent leur scolarité ou d’élèves déjà parrainés par des parrains qui ont souhaité rejoindre notre association.

Au collège St Esprit nous avons fait la connaissance de Jean Baptiste Seck Sarr, ancien préfet des études d’un très gros collège de la congrégation à Dakar, il est arrivé en septembre pour prendre la direction de l’établissement. Ancien filleul parrainé dans une école de brousse, il a pu gravir tous les échelons jusqu’à ce poste important puisque le lycée compte 1800 élèves. Excellent contact. Notre collaboration démarre sous les meilleurs auspices.

Il a parfaitement compris l’unicité de traitement des élèves parrainés à laquelle nous aspirons par la mise en place de forfaits identiques, les familles faisant leur affaire, en accord avec le parrain, des frais divers concernant les prestations périphériques.

Joël, notre trésorier, a pu nouer les contacts nécessaires avec la comptable Noëlle pour que nous ne rencontrions plus de difficultés.

Nous n’avons pas pu rencontrer comme prévu la directrice de l’école de l’Immaculée Conception, retenue par les obsèques du père de l’une des sœurs de la Communauté. Joël a trouvé une communauté de points de vue avec le comptable.

Les allocations sont différentes selon le niveau primaire, collège ou lycée et sont versées à due proportion du nombre d’élèves scolarisés dans les établissements.

ETABLISSEMENTS DE LA DIDEC à THIES

Excellent contact avec Henry Diockmaye Faye, directeur de NGollar où nous suivons 15 élèves. Nous remplaçons systématiquement les départs par la prise en charge de nouveaux élèves, sur des critères de ressources propres à l’établissement. La localisation de l’établissement au cœur de la brousse correspond en effet à la mission principale de l’association.

Notre visite au Lycée Saint Gabriel à Thiès aurait pu être mieux anticipée. A la fois Honorine, notre interlocutrice pour les parrainages était occupée par une autre réunion, et les élèves étaient introuvables compte tenu d’une perturbation de l’emploi du temps habituel. Nous avons quand même pu rencontrer tous les élèves parrainés.

Les allocations sont différentes selon le niveau primaire, collège ou lycée et sont versées à due proportion du nombre d’élèves scolarisés dans les établissements.

AUTRES ÉLEVES RENCONTRÉS

Marie Christine Faye, ancienne élève parrainée, maintenant maman, qui, après un bac, 2 années de LEA et 3 ans passés dans un centre d’appel à Casablanca, vient de décrocher un CDI dans une agence de SFR qui se créée à Mbour.

Diary Diallo est venue présenter ses remerciements à l’association et à ses parrains et marraines après avoir décroché son diplôme d’enseignante à Kaolak Elle attend son affectation pour son premier poste. Elle s’est fiancée.

Adama Faye ancienne élève de Ngollar est en Terminale et doit choisir son orientation. Sa mise en contact avec Marie Christine Faye sera décisive pour l’aider à trouver la bonne voie.

Adama Sarr a abandonné l’Ecole Polytechnique de Dakar et se tourne vers l’enseignement Technique qui lui assure un poste à l’issue de ses deux années de scolarité. Il a décroché une bourse qui lui finance une partie importante de ses études.

Germaine Tine a pu rencontrer son parrain et sa marraine qui financent son master logistique à l’ENSUP Afrique à Dakar. Elle vient de terminer sa première année et démarrera la deuxième en février 2022. Elle est à la recherche d’un stage.

MERCI A NOS MÉCENES

Merci à ALD leader de la location de véhicules longue durée, qui nous aide à financer les frais de déplacements lors de la mission, le leasing des cars de St Joseph Pout Diack et le transport scolaire de Ste Emilie  à Mbourok. Ils nous conduisent vers le succès !

Merci à Yacht Solutions, leader de l’équipement nautique qui nous aide à financer la toiture du nouveau bâtiment pour le mettre hors d’eau.

Merci à JCS Informatique Andernos qui « Excel » dans les moyens fournis à notre Trésorier, notre entrepreneur de construction, et l’administration de l’école St Joseph Pout Diack

close
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez nos 367 autres abonné·es.
0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *