A la lecture du message de Sœur Marie Rose, le 1er avril : … Parmi ceux qui nous côtoient dans la mission, certains m’ont dit : “Moi qui, d’ordinaire, n’ai pas toujours du savon pour me laver chaque jour, où vais-je trouver du savon pour me laver les mains régulièrement ? Encore moins du gel hydro alcoolique dans ce coin de village ? “… l’association Écoliers du Sénégal a lancé une campagne de financement.

Face aux conséquences de la pandémie, Écoliers du Sénégal se mobilise

Début juillet nos partenaires du sud, de Sanghé, Ngollar, Pout Diack et Mbourokh recevront notre troisième versement. Nous ignorions que les conséquences de la fermeture partielle des marchés et l’instauration du couvre-feu allaient priver du jour au lendemain les parents d’élèves de leur maigre revenu. Les enfants et leur famille n’avaient plus que du mil à manger, quand il en restait, la récolte n’ayant lieu qu’en octobre. Nos partenaires auront alors distribué… Les dispensaires ont été dotés…médicaments.

Ils auront alors distribué, grâce à vos dons, des plus modestes aux plus conséquents, 5 tonnes 700 de riz, 570 litres d’huile, des oignons, du sucre, du lait, plus de 1 000 savons ; les dispensaires seront dotés de 4 500 gants, 1 000 masques, 15 litres de gel et auront réassorti leur stock de médicaments.

Quand, en avril, nous avons lancé, un peu à l’aveugle, notre campagne de levée de fonds « Savon de vie – Sauvons des vies », nous ne savions pas quel en serait le résultat. Il est là, avec ces chiffres inimaginables !

Vous avez été 82 à vous sentir concernés par notre appel, 51 parrains ou donateurs de notre association et 31 personnes d’horizons divers. De la goutte d’eau – celle qui aurait manqué à l’océan – aux gestes plus conséquents, ce sont 6 818€ que vous nous avez confiés.

Je suis fier de vous, de votre générosité, de votre sensibilité, de votre empathie.

Là-bas, la mobilisation de directrices et directeurs d’école, des infirmiers en charge des postes de santé, en dépit du confinement, a été admirable. Chacune et chacun, en fonction de la connaissance particulière qu’il a des familles des élèves, a choisi, ici de donner à tous les parents d’enfants de l’école, là à une poignée de personnes davantage dans le besoin, voire un peu plus à cette famille qui a tout perdu dans l’incendie de sa maison.

Je suis fier de vous et de votre humanité, vous qui avez pour prénom, Alidjanatou, Augustin, Sœur Marie Rose, Albert, Sœur Hortensia, Gabriel, Soeur Catherine Jeannette… et tous les autres.

Comme si le ciel voulait rattraper quelque impardonnable erreur, les premières pluies viennent de tomber dans les alentours de Mbour, annonçant, si tout va bien, un hivernage précoce ; les paysans vont pouvoir semer et planter et, en octobre-novembre, récolter le fruit de leurs efforts.

L’espoir semble désormais se tourner vers d’autres lendemains.

close
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez nos 363 autres abonné·es.
0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *